Tour du Monde en 300 jours

                                            ???????“??....??”??................AROUND THE WORLD...............?? ??....??

50 - Un séjour au Tan Tock Seng Hospital

                 En milieu de journée, avant la reprise de nos crises, nous quittons l'hôtel pour aller à la recherche d'un centre de soins...Nous arrivons d'abord au Raffle's Hospital, où, après avoir pris connaissance de notre humble adresse, le médecin nous conseille gentiment un établissement plus modeste : le Tan Tock Seng Hospital, un hôpital d'état. Le Raffle's Hospital étant privé et très coûteux...
                 Nous entrons dans un très bel établissement où l'immense salle d'attente est équipée d'un magnifique piano à queue d'un blanc immaculé et brillant. Le décor est céleste, doux et féérique...ça donnerait presque envie de mourir...
                  Le personnel nous a rapidement pris en charge et les évènements se sont succédés à très grande vitesse lorsqu'ils ont appris que nous souffrions d'un mal mystérieux contracté en Papouasie Nouvelle Guinée. Pour eux, il s'agissaint de la fameuse grippe aviaire. Nous fûmes de siot transférés en ambulance dans une anexe : à l' extérieur : le centre des maladies contagieuses et infectieurses. Fini le bel hôpital, celui-ci est plus simple mais situé dans un superbe parc planté d'arbres gigantesques et animé par les extraordinaires chants d'oiseaux exotiques locaux... Si je n'étais pas aussi déprimée, j'apprécierais certainement ce magnifique et paisible endroit. mais voilà : tout va mal ! 
                  On nous analyse, on nous examine de fond en comble...En attendant les résultats du laboratoire, on nous demande d'expliquer nos symptômes. Je regarde ma montre : il est bientôt 17 heures et je leur dis : "ça"... va venir" dans mon Anglais un peu maladroit. En effet, quelques minutes sont à peine écoulées que je commence à trembler, frissonner etc...Nous sommes installés côte à côte sur 2 lits de consultation.
                  Les infirmières ne semblent pas stressées comme dans nos hôpitaux, elles nous parlent calmement, s'intéressent à nos aventures (surtout mon "tour du monde" qui les fascine). Plusieurs d'entre elles vont me laisser leur adresse mail pour être tenues au courant de la suite de mon périple; (si je suis en état de continuer).
                  Les résultats de nos analyses arrivent très rapidement : nous n'avons pas la grippe aviaire mais nous avons tout simplement été contaminés par  "Psalmodium Vivax" un agent transmetteur du paludisme. Et voilà ! Nous savons tout ! 
                  J'avais eu très peur quand en nous avait supposés atteints par la grippe aviaire car je m'étais souvenue qu'un soir, à la tombée du jour, Adc nous,avait fait griller un poulet sur un barbecue de fortune. On n'y voyait rien, il faisait presque nuit et nous avions, en bouche, une désagréable sensation de chair mal cuite. J'avais complètement oublié que le poulet mal cuit était un véritable danger en Asie, à cette époque !
                  Tant qu'à faire : vive le paludisme ! au moins on sait à quoi s'en tenir, même si les traîtements ne sont pas toujours efficaces à longue échéance.
                   J'aurais bien voulu qu'on nous mette dans la même chambre, mais ce n'était pas conforme aux règlelments de l'Etablissement. On a bien voulu me laisser mon appareil photos en me précisant que les clichés étaient interdits. Malgré tout, je ne me suis pas privée de nous faire, discrètement, quelques souvenirs...
                   Je suis enfin installée dans un lit confortable. Les infirmières sont à nos petits soins, elles vont même nous sunommer "Mother-and-Son" (Mère-et-Fils) et partager des fous-rires avec mon dragueur de fils !
                   Qu'il est bon d'être "pris en charge" quand on n'en peut plus !
Ne plus avoir à réfléchir, ne même plus penser, ne plus sentir la terre trembler, se laisser aller et dormir comme un bébé... grâce aux soins éficaces.

                                                  A suivre...