Tour du Monde en 300 jours

                                            世界各地的世界“之旅....世界”之旅................AROUND THE WORLD...............세계 일주....세계

                  Cette fois-ci , à notre réveil, les chants des oiseaux étaient accompagnés de la délicate  musique des vagues à marée basse. J'ai vu, au lever du jour, depuis mon hamac, Paul Micah partir à la pêche sur sa minuscule pirogue. Il est maintenant 6 h : toute la famille est debout, déjà ! pas facile de trouver un moment pour que l'endroit réservé à la toilette et à la "pause pipi" soit libre et tranquille...
Les 4 petits garçons de la famille ont été ravis de nous apporter d'énormes noix de coco qu'ils étaient allés chercher eux-mêmes. 

Nous nous préparons à nous rendre un peu plus au centre de la Papouasie en remontant le Sepik, le plus long cours d'eau de Nouvelle-Guinée : 1 126 km, il circule presque entièrement en Papouasie-Nouvelle-Guinée, une toute petite courbe passe dans la partie Indonésienne.
La famille Micah nous averti qu'il y a ENORMEMENT de moustiques sur les rives du Sepik qui sont très marécageuses. En effet, cet endroit est la plus grande zone humide du Sud-Est quasiment non polluée par l'homme. Voilà ce qui m'intéresse !
Nous ne sommes pas prêts d'oublier notre court séjour dans le quotidien de cette chère famille et nous espérons bien repasser les voir avant de quitter définitivement ce pays si chaleureux et si attachant.
Audrey et la maman nous accompagnent à pieds (bien sûr ! ici on marche beaucoup !)
jusqu'à Vanimo où elles ont l'intention de vendre leurs pâtisseries "maison" sur le marché.
Les banques et surtout les distributeurs étant plutôt rares dans le pays, nous prenons nos précautions en cherchant une banque sur place. La première banque ne peut pas utiliser nos Master card, ni la Visa...Ah ! bon ? Après de nombreuses demandes auprès des Papous toujours aussi serviables, souriants et désintéressés, nous trouvons enfin notre bonheur.
Nous n'avons plus qu'à acheter nos billets pour le bateau qui part le soir même pour Wewak, à l'embouchure du Sepik. On nous averti encore au sujet des moustiques, nous avons ce qu'il faut mais pas de traîtement non recommandé pour un aussi long séjour en zone humide. Je plaisante avec mon fils : "le Sepik ? Aï, ça pique !"...Sans savoir que dans peu de temps je ne rirai plus du tout...

                                                          A SUIVRE... 


                  


La vie paisible de Vanimo...