Tour du Monde en 300 jours

                                            世界各地的世界“之旅....世界”之旅................AROUND THE WORLD...............세계 일주....세계
                                 La Thaïlande ne faisant pas partie des priorités de mon Tour du monde, je vais quitter Paksé et le Laos pour me rendre en peu de jours à Singapour. Il ne me reste qu'une quinzaine de jours pour rejoindre mon fils qui devrait arriver à Jakarta le 17 décembre. Nous devons nous rendre ensemble dans ce pays du bout du monde qu'est la Papouasie-Nouvelle-Guinée. J'aimerais beaucoup passer Noël dans la forêt papouasienne comme nous l'avions fait en Amazonie en 2002 : ce fut angoissant et féérique ! je voudrais le revivre...en Papouasie !
Le voyage de Paksé a été plutôt confortable, dans un beau bus d'une compagnie thaïlandaise. Arrivée au lever du jour à Bangkok. Une jeune touriste allemande, habituée de la ville, me dirige vers le Backpacker où elle a l'habitude de loger, je la suis car nous partageons ainsi la négociation du prix de la course...et le prix lui-même ! Un dimanche à 5 h du matin, l'atmosphère dans le hall du Backpacker est pour le moins étrange : un mélange d'odeurs humaines et d'encens...des hommes qui semblent cuver leurs excès...des couples "européano-thaîlandais" affalés dans des canapés...En mamie fraîche et dispose je me sentais l'intruse...
ma chambre est une des plus minable que j'aie jamais connue : étroite, sans fenêtre (ce qui pour moi est presque insoutenable !) sans aération à part le mince filet sous la porte avec un ventilateur super bruyant ! A moi de choisir entre le vacarme de l'appareil et la surchauffe !
Enfin ! c'est le prix à payer quand  on ne veut que des petits prix !
Je vais y rester 3 jours, le temps de respirer l'atmosphère de cette métropole trop touristique à mon goût. Tous les Thaîlandais ont un tshirt jaune pour honorer l'anniversaire de leur bien-aîmé roi ! J'ai éssayé, avec le métro et les bus flottants, de m'éloigner des quartiers qui regorgent de'Etrangers pour me rapprocher d'une population plus humble...ce ne fut pas facile.
La nuit tombée, nous avons eu droit à un beau feu d'artifice en l'honneur de l'anniversaire du Roi Bhumibol Adulyadej, deux mois après le coup d'état de septembre 2006.

C'est avec le train que je vais faire la suite du trajet. Ca va me changer un peu et j'aime le train !
La ligne Bangkok - Butterworth à la frontière avec la Malaisie, je l'ai faite avec un train de nuit, assez original : ce sont des rideaux qui ferment la cabine de 4 couchettes confortables.
Le prochain train jusqu'à Kuala-Lumpur est aussi un train de nuit et je suis enchantée car la guichetière qui avait du m'annoncer qu'il n'y avait plus de place en 2de classe a pu me loger en 1ère pour le même prix à cause de mon âge : 60 ans ! je ne renie pas le confort de temps en temps ! Bien sûr, on ne côtoie plus du tout le même genre de personnes. je préfère les gens du "peuple"...Ce qui, malgré tout me pose un autre problème : dans beaucoup de pays, le peuple est très pauvre et c'est  difficile pour ma conscience de faire mes photos avec un appareil qui équivaut à une année de salaire d'un homme ordinaire...Voilà le dilemme.
Ma nuit dans ma cabine de train a été uperbe, surtout qu'il y avait 2 couchettes et que j'étais seule ! (voir la photo du milieu)
J'ai donc profité de cette attente d'une journée à Butterworth pour prendre le ferry qui m'a conduite à Geaogetown, la plus grande ville de l'île de Penang.
Nous sommes arrivés à 8 h du matin à Kuala-Lumpur. J'avais bon moral en ce joli matin tiède de décembre; d'autant plus qu'à la gare il y a un système génial : on achète son billet de taxi à un guichet officiel et on y va !  pas de discutions ! si ça pourvait être partout comme ça dans le monde, mon anxièté serait diminuée de moitié ! (lisez donc la 1ère page de cette histoire : "Mourir un peu"...et la page 6 avec "les Pékinois"...)
Mon lit à 2$10 est dans un dortoir de 6 personnes. Rien à dire. J'ai circulé dans la capitale Malaise avec le monorail, histoire d'essayer ce train aérien qu'on ne retrouve, je crois, qu'à Tokyo et Sydney. On est assis  à peu près à la haureur du 2e étage des immeubles avec vue imprenable sur les appartements, surtout le soir quand ils sont éclairés ! je plains les gens qui y logent. ce moyen de transport n'a pas dû plaîre à tout le monde !
Après 3 jours passés à Kuala-Lumpur, j'ai le plaisir traverser en bus la plus ancienne forêt tropicale du monde, au centre du pays. La forêt amazonienne fait figure de nourrisson à côté, paraît-il. J'aurais aimé la voir de plus près mais le temps me manque.
Je passe une nuit dans la petite ville de Pecan qui ne me plaît pas et je continue vers Mersing, toujours sur la côte Est.
Je passe encore 3 jours dans cette ville agréable, point de départ des balades vers les îles Tioman.
Dernière ligne droite jusqu'à Singapour. Ligne droite, oui, mais plusieurs changements de bus, je n'y ai rien compris, c'était des "changements surprise" : on nous demandait de prendre nos bagages et de prendre le bus qui se présentait.
A la frontière, c'est normal mais à l'intérieur du pays ???
Nous voici à Johor-Bahru la voisine de Singapour où une grande file de voyageurs attendaient l'oblitération de leur passeport
Singapour ! J'y ai passé 4 jours et j'ai trouvé que ça suffisait bien...Je suis loin d'imaginer, à ce stade de mon long voyage, que cette ville allait avoir par la suite, à cause d'évènements imprévisibles et non souhaités, prendre une place énorme dans ma vie et dans mon coeur...


                                                      A SUIVRE...