Tour du Monde en 300 jours

                                            世界各地的世界“之旅....世界”之旅................AROUND THE WORLD...............세계 일주....세계
                             
                          Nous voici de nouveau à Angoram. il est midi trente cinq. Je crève de chaleur et de sueur. Les mouches m'agacent. Andric discutte gaiement avec la "pas belle mais gentille Papoue" qui semble nous avoir suivis...Elle n'était pas avec nous dans la pirogue.
Le PMV est arrivé et reparti à peu près à l'heure et nous sommes arrivés à Wewak à la tombée du jour au "New Wewak Hostel" où nous avions laissé une partie de nos bagages.
Dès le lendemain matin nous sommes partis à la recherche d'un bateau pour Vanimo. Malheureusement, iln venait juste de quitter le port et il fallait attendre 15 jours pour le suivant. Quelqu'un nous propose une autre solution, plus "aventurière", ce qui n'est pas pour nous déplaire ! On nous propose de prendre un PMV jusqu'à Aïtape où se termine la route et continuer avec un bateau de pêcheur. Nous nous mettons à la recherche de ce fameux PMV sans en trouver un seul sur le départ. Une fois de plus, nous sommes touchés par la gentillesse des habitants qui cherchent à nous aider par tous les moyens.
                         Nous sommes donc rentrés bredouilles à l'hôtel où nous avons repris notre chambre. Pour nous "consoler", nous avons décidé de nous faire une sympathique petite "soirée gourmande", ce qui nous arrive très rarement en voyage à cause de nos tout petits moyens financiers . Je me réjouis de passer cette soirée avec mon fiston qui, pour une fois, n'a pas l'intention de "sortir"...Il faut dire que je ne suis jamais très tranquille quand il part à l'aventure dans les rues de ces villes de Papouasie Occidentale qu'il ne connait pas, où les rares touristes sont un objet de convoitise et de chantage pour quelques groupuscules révolutionnaires.
                          Au moment où je me réjouissais de cette soirée enfin tranquille et où j'en faisais part à Andric, j'ai eu comme une angoisse que ce ne soit pas le cas, que quelque chose
vienne tout perturber...
Et c'est ce qui est arrivé quelques secondes plus tard : trois petits coups frappés à la porte et tout allait changer : j'ouvre et je vois la villaine tête de la "Pas-Belle-Mais-Gentille-Papoue" (que je trouvais moins gentille tout d'un coup, et encore plus môche !). Comment nous a-t-elle trouvés ? pas si dificile vu le nombre réduit d'étrangers en Papouasie en cette période troublée. Finie la petite soirée ! J'aime voir mon fils s'amuser et je ne lui tiens surtout pas rigueur de son abandon mais, je le répète : la Papouasie Occidentale, en 2006, n'est pas le meilleur endroit pour batifoller en tant que touriste solitaire...La fille est venue avec son jeune frère, et, pour comble, nous demande de les héberger pour la nuit ce qui est interdit par le règlement de l'Etablissement. Pour éviter que mon fils passe la nuit dehors et n'importe où, j'accèpte...et je ne dors que d'une oreille en attendant leur retour tardif.

                                                             A SUIVRE...