Tour du Monde en 300 jours

                                            世界各地的世界“之旅....世界”之旅................AROUND THE WORLD...............세계 일주....세계

                          Nous avons attendu Steven Buku, notre guide, pendant 2 h ! Vers le milieu de la matinée nous sommes enfin montés dans un PMV, (sorte de truck muni de 2 banquettes latérales sur lequel peuvent s'installer une trentaine de passagers -bien serrés !-) sans savoir que nous avions 6 h de route -ou plutôt de piste- devant nous...Mais l'inconfort a été vite oublié devant la beauté et la luxuriance des paysages, la gentillesse et la générosité des Papous dont l'un d'eux nous a même acheté 2 bananes, 1 concombre et 1 orange !
Vers la moitié du trajet, un "arrêt toilettes" dans un WC pittoresque constitué de troncs de palmiers placés au-dessus du vide avec un écart entre les 2 du milieu pour le passage de nos déjections ! Cela m'a rappelé les fameuses toilettes du Potala au Tibet, en plus propres !
Pendant le trajet, un jeune complètement shooté au Béthel, je suppose, n'arrêtait pas de demander son prénom à mon fils, sans jamais parvenir à le retenir, à cause de ses neurones mal traîtés, sans doute ! Personne ne comprenant le Français, je dis à mon fils :"je te préviens : s'il me demande mon prénom, je lui réponds que je me nomme "Fous-moi-la-paix" !...Ce qui n'a pas manqué d'arriver ! Le jeune se tourne vers moi : "What is your name ?"...et, imperturbable : "my name is "Fous-moi-la-paix"...Le jeune tente de répéter, s'emmêle les pinceaux et mon fils et moi sommes soudain pris d'un énorme fou-rire ! les Papous autour de nous semblent avoir compris notre blague et se marrent à leur tour...Au moins, la route leur aura semblé moins longue !
                           Arrivés à Angoram, Stephen Buku nous conduit dans une assez grande maison sur pilotis, toute en longueur comme la plupart des habitations de cette région, pour y être hébergés dans une famille. Pas encore d'hôtellerie sur les rives du Sepik, et c'est ce qui fait le charme de cette région. Mais aussi les inconvénients lorsqu'il s'agit de trouver des toilettes dignes de ce nom...là, les petites mamies comme moi regrettent un peu le confort moderne. Je suis effarée quand je finis par comprendre que les fameux WC sont dans un minuscule cabanon sur pilotis, plus ou moins flottant, dont l'accès n'est possible qu'au moyen d'une minuscule pirogue qui semble être un jouet d'enfant. On s'y tient debout, dans un équilibre trop instable à mon goût. Mon fils, avec un sourire ironique, me dis : "eh ! bien, Maman, il faut y aller" - pas question ! - je trouverai bien un moyen pour m'éloigner dans un coin discret de la nature...
Mon fils ricane : impossible de s'isoler ! les gamins, et même les adultes, ne nous laissent pas une minute de répit ! Je me sépare d'Andric en pretextant vouloir me promener seule. IIs ne me lâchent pas, même au bout d'une bonne marche que je souhaitais "solitaire" !
Me voilà donc obligée de rebrousser chemin pour demander à Andric de me conduire LUI-MEME avec la mini-pirogue jusquà ces fameuses mini-toilettes presqu'aussi instables que l'embarcation. Mon fils se marre, les Papous, narquois, surveillent les opérations en faisant, je suppose, quelques paris en Pidgin (le dialecte local formé d'une sorte de créole anglais)...
Je suis d'autant plus méritante du fait que je ne sais pas nager et que j'ai une quasi phobie de l'eau ! Tout est bien qui finit bien : les mini-toilettes n'ont pas cédé sous mon petit poids, la mini-pirogue n'a pas chaviré (merci mon fils !) et je n'ai pas fait de plongeon dans cette mini-rivière supposée pleine d'immondices...eh ! oui : il n'y a pas le tout-à-l'égoût figurez-vous !

                                                                A SUIVRE...